10 mai - 23 mai Commémoration de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions pour une mémoire partagée.

mardi 9 mai 2023
par  mrap40
popularité : 11%

"La liberté d’un homme est une parcelle de la liberté universelle." (Victor Schoelcher)
Le 10 mai, la France honore la "mémoire de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions".
Cette commémoration est le fruit d’une loi qui porte le nom de son instigatrice et
rapporteuse, Christiane Taubira. Par cette loi du 21 mai 2001 la France reconnaît comme
crime contre l’humanité les traites et l’esclavage pratiqués à partir du XVe siècle sur les
populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes.
Le 23 mai est une "journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage colonial". Ces
journées nous rappellent les souffrances et les luttes des esclaves pour leur liberté et leur
émancipation. Elles doivent nous inviter à réfléchir à toutes les formes de soumission et
d’exploitation qui s’apparentent encore aujourd’hui à l’esclavage. La question des réparations
peut également être posée, parce que cette histoire française a laissé des traces dans notre
société. La lutte contre le racisme, les discriminations et pour l’égalité réelle peut y contribuer
.
En France, en 1794, la Convention, sous la pression des esclaves d’Haïti révoltés, et dans la logique
des idées portées par la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, abolissait l’esclavage
dans les colonies françaises. C’était un premier pas pour que justice soit rendue aux millions
d’hommes, de femmes, d’enfants capturés ou achetés en Afrique, vendus et exploités dans les
champs de canne à sucre des Amériques, ou morts lors des traversées négrières de l’Atlantique.
En 1802, le Premier consul Bonaparte, pour concurrencer l’Angleterre dans les Antilles et sous la
pression des colons racistes, le rétablit. Ce rétablissement détruisait la promesse républicaine
d’émancipation, d’égalité des droits portée par la Révolution française.
Le 27 avril 1848, la deuxième République, sous la pression des révoltes incessantes et d’un
mouvement abolitionniste généralisé en Europe, abolissait définitivement l’esclavage dans les
colonies françaises sous l’impulsion de Victor Schoelcher et au prix de tristes concessions : les
propriétaires d’esclaves, non les esclaves furent indemnisés !
Le racisme était intimement lié à l’esclavage pratiqué pendant cette période : les différences
d’ordre physique entre Européens et Africains étaient présentées comme la preuve de l’existence
des races et l’infériorité supposée de certaines servait à justifier la domination, l’exploitation et
même la propriété d’hommes par d’autres hommes.
En ce 10 mai 2023, le MRAP appelle les pouvoirs publics à multiplier les lieux et les initiatives pour
que les jeunes générations soient instruites de ce douloureux passé de la France et de l’humanité
et en partagent la mémoire. Les comités du MRAP y participeront ou prendront eux-mêmes des
initiatives en ce sens.
Le MRAP, le 9 mai 2023


Brèves

7 novembre 2014 - Willy Sagnol aurait du faire de l’athlétisme

Cela lui aurait permis de méditer sur cette réponse de Christophe Lemaître à ceux voyaient en lui (...)

27 novembre 2013 - Des rappeurs réactionnaires

Quand des rappeurs font le jeu du FN
La fédération des Landes a pris connaissance avec (...)

6 janvier 2009 - ANTISEMITISME : Synagogue de Toulouse : acte antisémite

le MRAP des landes apporte sa solidarité aux juifs de Toulouse victimes d’une attaque contre leur (...)