Stupeur et incompréhension après la libération de l’auteur des tirs contre Said El Barkaoui : 18 décembre 2019 à 18h Mont de Marsan : conférence publique

vendredi 13 décembre 2019
par  mrap40
popularité : 2%

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué de presse conjoint des associations SOS Racisme et MRAP relatif à la mise en liberté de Claude Gorsky, mis en examen pour tentative d’assassinat avec la circonstance aggravante de racisme par le parquet de Mont Marsan. Rappelons que le 4 juin 2018, quinze jours après avoir reçu cinq balles tirées par Claude Gorsky, Saïd El Barkaoui est décédé en laissant derrière lui une famille dont quatre jeunes enfants. SOS Racisme et le MRAP se sont constitués partie civile dans cette affaire.

Tous ceux qui ont soutenu et participé à la marche blanche du 17 juin 2018 et à la rencontre sportive du 23 juin 2019 en mémoire de Saïd El Barkaoui à Ychoux, tous ceux qui se sentent indignés par ce crime raciste ont spontanément exprimé leur émotion et incompréhension sur les réseaux sociaux ainsi que leur soutien aux proches douloureusement choqués par cette décision.

SOS Racisme Gironde-Aquitaine : sosracisme33@gmail.com
MRAP des Landes : federation40@mrap-landes.org

communiqué des organisations nationales SOS Racisme et MRAP

Crime raciste à YCHOUX : stupeur et incompréhension après la libération de l’auteur des faits

Le 20 mai 2018 à Ychoux (40160), Saïd El Barkaoui était froidement abattu sous les yeux de sa famille. Ce jour-là, Claude Gorsky, son voisin, lui tirait dessus à cinq reprises en le traitant d’ « enculé d’arabe ».

Suite à ce drame, SOS Racisme et le MRAP se sont constitués parties civiles aux côtés de la famille endeuillée de Saïd El Barkaoui. Les deux organisations s’étaient indignées à l’époque de l’absence de réaction du gouvernement et, plus largement, de la classe politique face à un acte motivé par la haine des Arabes. Le juge des libertés et de la détention, automatiquement saisi de la situation pénale de Claude Gorsky au bout de 18 mois de détention provisoire, a confirmé le placement en détention provisoire au regard du caractère persistant et grave du trouble à l’ordre public provoqué par la gravité de ce crime de sang à caractère raciste.

La chambre de l’instruction de la Cour d‘appel de Pau en a décidé autrement par une décision particulièrement choquante du 10 décembre 2019.

En effet, dans cette décision, il est notamment soulevé que « la persistance du trouble exceptionnel à l’ordre public n’est pas davantage documentée sinon par affirmation. S’il est exact qu’au moment du décès de la victime, 400 personnes ont participé à une marche blanche le 17 juin 2018, en revanche aucune autre manifestation n’est recensée dans le dossier d’information et la lecture de la presse locale qui s’est fait l’écho de cet évènement et qui figure en annexion de pièces au dossier, montre que lors de cette manifestation, le maire de la commune a appelé à l’apaisement et indiqué qu’il appartenait à la justice et à personne d’autre de juger. »

Ce raisonnement spécieux n’appréhende pas le trouble exceptionnel à l’ordre public à travers la gravité des faits comme le précise la loi mais au regard des réactions pleines de dignité de la famille, des proches, des associations antiracistes et plus généralement de toute personne indignée par ce crime raciste !
Aurait-il donc fallu que les personnes indignées par ce crime odieux n’appellent pas au calme pour que la chambre d’instruction valide la prolongation du placement en détention provisoire ?

Alors même qu’à longueur d’ondes sont distillés des discours racistes, notamment à l’égard des arabo-musulmans, cette décision de remettre en liberté l’auteur d’un crime raciste qui encourt la perpétuité constitue un signal désastreux et extrêmement préoccupant.

SOS Racisme et MRAP Paris, le 11 décembre 2019


Brèves

14 octobre 2016 - Monsieur Dubos n’est pas une victime, mais un chroniqueur d’extrême-droite

Monsieur Dubos se pose aujourd’hui en victime du MRAP. Pour réceptacle de sa « solitude » (toute (...)