LE PRIX DU SANG !

dimanche 28 décembre 2008
par  mrap40
popularité : 6%

60 avions ont largué plus de 100 tonnes de bombes sur la population de Gaza, faisant 225 morts et des centaines de blessés.

1 million et demi de personnes vivent sur un territoire de 356km2 à Gaza , c’est à peine 10 fois la surface de la ville de Mont de Marsan qui dépasse juste les 30000 habitants !.

Comment le gouvernement Israélien, dans cette densité de population, peut-il prétendre ne viser que les seuls activistes du Hamas ?

Il s’agit bien de terroriser toute une population civile déjà meurtrie par l’embargo, la misère, la malnutrition.

Cet acte relève du crime de guerre.

Ces bombardements seraient une réplique aux rockets du Hamas !

La disproportion de la riposte israélienne, en regard des tirs islamistes atteste que les vraies raisons sont ailleurs.

Israël va connaître des élections incertaines.

  • Le parti Kadima de Tzipi Livni est donné perdant face au Likoud de Benyamin Nétanyahou.
  • Nétanyahou lui-même est menacé au sein de son parti par les faucons d’extrême-droite menés par Moshe Feiglin, (résidant dans la colonie de Karnei Chomron, près de Naplouse ce dernier a déjà fait des déclarations favorables à un grand Israël et au transfert des palestiniens vers la Jordanie).

C’est dans ce contexte politique que survient le massacre du 27 décembre.

Le millier de victimes, mortes ou blessées, constitue le prix du sang payé par les palestiniens, dans la surenchère droitière que se livrent les principaux protagonistes en vue des prochaines élections.

L’appel incantatoire à un cessez-le-feu, tel qu’exprimé par les grandes puissances, apparaît non seulement dérisoire mais laisse entendre que les deux parties sont à égalité de responsabilité dans les graves évènements actuels.

S’il ne fait aucun doute que le Hamas est une organisation totalitaire qui conduit le peuple palestinien dans une impasse, il n’en demeure pas moins :

  • que la puissance destructrice est principalement du côté israélien,
  • que la colonisation est le fait de l’État Israélien,
  • que ce sont les terres palestiniennes qui sont sont volées par les colons,
  • que l’État d’Israël s’accapare les ressources en eau.

Il y a un Etat colon et un peuple colonisé ; les responsabilités ne sont donc pas les mêmes pour arriver à deux Etats vivant côte à côte dans la paix.

S’il apparaît légitime de demander au Hamas de cesser les tirs de Rockets qui frappent autant les malheureuses victimes civiles palestiniennes qu’israéliennes. Il convient cependant d’exiger des gouvernements occidentaux et notamment de la France, qu’ils interviennent dans les plus brefs délais pour demander un arrêt immédiat de la riposte disproportionnée et meurtrière de l’État d’Israël.


Navigation